Poésie

Réflexions sur l’eau

 

                                 Minton, Québec                                       photos : Stéphane Lemire

Contemplation

J’ai parfois une amertume au fond de la gorge, un désespoir pour le monde et une impatience envers les hommes. Pour m’en défaire, je contemple l’eau.

Laurence Ferland

 

                                Le lac d’Argent, Eastman, Québec

Le Lac

Au cœur de la campagne
Le lac ne laisse jamais derrière lui
Des souvenirs oubliés

Si le lac pouvait raconter
Il réciterait une à une
Les histoires qui l’ont marqué
Celles qui le maintiennent en vie
Celles qui lui donnent espoir
Que sa vie n’en est pas pour autant finie

Si le lac pouvait parler
Il nous murmurerait tendrement à l’oreille
Qu’il se souvient de chacune d’elles
Le lac n’oubliera jamais
Il ne possède pas de mémoire

– Lisanne Demers

                                                                                                    Kangiqsujuaq, Nunavik

L’eau frissonne

L’eau m’est toujours sincère. Transparente, elle ne me cache rien et me renvoie une image réaliste de moi-même. Témoin de mes peines, elle se laisse abreuver de mes larmes. Des cercles et des cercles sur sa surface. L’eau frissonne de peur lorsque j’ai froid et se brouille lorsque je m’égare.

Laurence Ferland

                                 North Hatley, Québec

Qu’est-ce que l’eau ?

Qu’est-ce que l’eau?
Une pluie d’un jour gris. Une goutte sur une crevasse.
Une larme de douleur. Un espoir de survie. Une inondation, un naufrage…
Tout est précieux selon les réalités de chacun.
L’eau a plus de valeur que l’or pour quelqu’un qui a soif
et est une infortune pour quelqu’un qui se noie.

Moi, je suis quelqu’un d’assoiffée pour qui l’eau est un pur trésor.

Laurence Ferland

                                Le lac Memphrémagog, Magog, Québec

L’Eau

Je connais un miroir effervescent qui donne sur un autre monde, là où les ombres et la lumière dansent en parfaite harmonie. Il est toujours mouvant, sans qu’il ne prenne aucun répit…

Ses rubans argentés parcourent notre monde nourrissant la terre comme les veines de notre corps. Parfois il nous anéantit, comme s’il nous châtiait de notre insolence d’oser le souiller et le gaspiller. Mais même malgré cela, il est l’existence.

Par-delà la terre entière, vous ne trouverez rien de plus beau que cet élément aux reflets opalescents. Il est tout simplement libre. Rien ne peut l’arrêter d’atteindre son but. Et si un jour tu te risques d’essayer, à chacune de tes tentatives, il te filera entre les doigts.

Il nous donne la vie, mais la reprend aussi. Jamais, au grand jamais, quelqu’un ne pourra contrôler cette masse bleue… Car chaque être possédant le don de la vie a au plus profond de lui cette puissance de la nature. Nous lui appartenons et jamais nous ne pourrons nous soustraire à cette loi.
Je connais un miroir effervescent qui donne sur un autre monde, là où les ombres et la lumière dansent en parfaite harmonie. Il est toujours mouvant,
sans qu’il ne prenne aucun répit… l’Eau.

Roxanne Landry

                                Le lac des Iles au crépuscule

Image Fragile

Un reflet de soleil brille sur l’eau. C’est doré et c’est beau. Pourtant, cette image est fragile. L’eau pourrait s’assécher, disparaître en emportant cette lumière avec elle. Ce miroitement pourrait aussi cesser de flotter et s’enfoncer vers de sombres abîmes. Alors je ne serais qu’une âme en peine et je pleurerais ce petit soleil dont la lumière m’a tant éclairée.

Laurence Ferland

                                North Hatley, Québec                               photos : Stéphane Lemire

 

 

 

 

 

 

 

Commentez